À quoi sert un test de paternité ?

À quoi sert un test de paternité ?

Chaque individu est génétiquement unique. L’ADN est le support de l’information génétique héréditaire qui contient des milliers de gènes.

Lors d’une analyse ADN pour un test de paternité, les analystes vont prélever un certain nombre de marqueurs spécifiques dans l’ADN, dans le but de comparer et déterminer le lien de filiation entre le géniteur présumé et l’enfant.

Quel est l’objectif d’une recherche de filiation et comment faire le test?

 

Pourquoi avoir recours au test ADN de paternité ?

Pour faire valoir ses droits

En France, le recours au test de paternité est strictement réglementé. Encadré par la loi bioéthique de 1994, ce test est uniquement autorisé dans le cadre d’une action judiciaire.

Pour être recevable, le test ADN doit être effectué dans un laboratoire accrédité à cet effet, et impose le consentement du père supposé.

Au regard de la loi française, lever le doute sur une paternité biologique est pratiqué dans le but de faire valoir ses droits. Le test adn de paternité reste le moyen le plus fiable pour prouver ou contester une présomption de lien biologique (ou de son absence) du géniteur présumé.

Selon qu’il confirmera ou contestera le lien de parenté, le test déterminera les conditions d’exercice de l’autorité parentale du père biologique reconnu ou non, donnera lieu à l’obtention ou la suppression de versement de subsides (pension alimentaire) et statuera sur l’attribution du nom paternel.

 

Pour connaître les origines de ses ancêtres

La généalogie génétique a vu le jour depuis une dizaine d’années.

Avec un simple échantillon de salive, un particulier, en recherche de ses origines familiales, peut faire pratiquer un test ADN de paternité, et connaître les origines de ses ancêtres du côté paternel.

L’utilisation du séquençage de l’ADN dans une recherche généalogique étant interdite en France, les amateurs de généalogie peuvent faire ce test à l’étranger via internet sur des sites comme https://www.francepaternite.com/.

 

Et les enfants nés de donneurs anonymes ?

En France, la loi a opté pour un principe absolu d’anonymat pour les donneurs et n’autorise pas les enfants nés d’une insémination artificielle à lever le secret de leurs origines. Cette anonymisation inclut toute information sur l’histoire médicale ou génétique du donneur.

 

Qui peut faire la demande d’un test de paternité ?

En France, une action judiciaire en recherche de paternité est légitime selon différents cas de figure :

  • Le père biologique, dans le but de connaître sa filiation ou héritiers
  • Le père supposé, souhaitant nier l’imputation filiale
  • L’enfant mineur; dans ce cas, la mère, qui est son représentant légal, engage une action de recherche en paternité, agissant au nom et pour l’intérêt de son enfant qu’elle représente.
  • L’enfant majeur, qui cherche à établir un lien biologique avec son père présumé

 

Faire valoir ses droits ou trouver un équilibre dans la recherche de paternité ? Dans l’hexagone, le cadre légal spécifiquement réglementé pour une demande d’analyse ADN de paternité est soumis à controverse, et de plus en plus de personnes tentent de contourner la loi via les sites web de laboratoires étrangers, avec le risque d’encourir un an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende (Article 226-28 du Code pénal).