Centrale d’achat – les profils et les avantages présentés

Centrale d’achat – les profils et les avantages présentés

Pour les détaillants comme pour les grossistes, les services d’une centrale d’achat telle que CABF apparaissent comme des solutions intéressantes en vue de limiter le coût des commandes et de promouvoir les ventes.

Mais sous quelles formes se présentent ces regroupements de distributeurs, et quel est leur but commercial ? Quels avantages peuvent en tirer les entités y prenant part ? Découvrez quelques éléments de réponse au cours de cet article.

Qu’est-ce qu’une centrale d’achat ?

Les membres d’une centrale d’achat ont l’opportunité de regrouper leurs commandes et bénéficient de services promotionnels. Ces regroupements d’activité se présentent toutefois sous quatre formes différentes : publique, grossiste, intégrée ou coopérative.

L’objectif principal d’un tel groupement est de réaliser des transactions commerciales dans les meilleures conditions possible. Grâce aux économies d’échelle obtenues par le nombre, ses membres profitent des meilleurs prix dans le cadre de leurs transactions commerciales.Pour en savoir plus sur les avantages de se rassembler pour les entreprises dans le cadre de leurs commandes, vous pouvez visiter les Echos.

Une enseigne de distribution intégrée peut également être désignée sous ce terme, puisqu’elle remplit les mêmes fonctions.

En septembre 2014, Intermarché et le Groupe Casino détenaient plus d’un quart des parts de marché du secteur en France, faisant de leur groupement le premier de l’Hexagone.

Les avantages à opter pour cette solution commerciale

Lorsque la centrale d’achat concerne un réseau de franchise, les franchisés ont rarement leur voix au chapitre lorsqu’il s’agit de choisir les produits commandés. Ceux proposés par le franchiseur sont généralement choisis au final.

Néanmoins, ce menu inconvénient est compensé par le fait que le franchisé n’achète pas directement ses produits, et ne s’engage pas personnellement auprès du fournisseur. Un atout intéressant, puisqu’en cas de défaillance de la part de ce dernier, le franchisé ne subit aucun risque et laisse le soin au franchiseur de régler ce problème.

Chaque détaillant profite ainsi d’une logique d’achat optimale, en bénéficiant de prix négociés en gros. C’est le groupement qui se charge d’étudier les produits, de négocier les prix, de référencer les fournisseurs, de réaliser les achats et d’en revendre les quantités à ses membres.

Il s’occupe également des conditions commerciales, des appels d’offres ainsi que de toutes les activités d’organisation, de répartition et de documentation. Autrement dit, ces derniers n’ont pas à s’occuper de la logistique de fourniture, ce qui constitue un véritable gain de temps.

Pour quelle entité juridique opter ?

De préférence, choisir une structure juridique de société commerciale est adapté à la création d’une centrale d’achat :

  • Société A Responsabilité Limitée (SARL) : grâce à ce statut juridique, les membres bénéficient de l’absence de capital social minimum. Par ailleurs, leur responsabilité personnelle n’est pas engagée dans le cas où le groupement rencontre des difficultés financières. Enfin, un certain contrôle est opéré lors de cessions de parts, ce qui améliore la sécurité de l’enseigne. Néanmoins, le nombre d’associés est limité et la gestion des statuts est assez lourde.
  • Société par Actions Simplifiée (SAS) : celle-ci présent au contraire une véritable souplesse statutaire. Lors de la rédaction des statuts, répartir les pouvoirs est d’autant plus simple, de même que prévoir l’exclusion de certains membres. En pratique, cette forme juridique s’avère donc très répandue.

Plus d’informations en visitant ce lien. L’objectif d’un tel groupement étant pour ses membres de profiter de sa puissance commerciale, il importe aux dirigeants de choisir la forme juridique la plus adaptée à leurs besoins. Bénéficier des services d’un professionnel en la matière est encore la solution la plus simple pour ne pas commettre d’erreurs.