Combien coute la création d’une EURL

Combien coute la création d’une EURL

Se lancer dans une activité commerciale demande un investissement à la fois humain et financier. La plupart des banques et établissements de crédits qui ont pour objet le financement de la structure juridique demandent par ailleurs bien souvent la présentation de documents comptables sérieux pouvant attester de la viabilité du projet et de la rentabilité de l’entreprise.

Dès lors, il convient de se renseigner précisément sur le coût réel de la création d’une EURL avant de mener à bien ce projet.

Les frais fixes à prendre en compte lors de la création de l’EURL

Lors de la création d’une entreprise commerciale, un certain nombre de frais fixes sont à prévoir pour l’associé créateur. Ces derniers sont fixés par des décrets officiels et s’imposent quel que soit le type de personne morale dont la création est envisagée.

En général, les frais d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) coûtent environ 50€ à l’entrepreneur, qui devra les régler directement au greffe du tribunal de commerce.

Par ailleurs, les frais de publication dans un journal d’annonces légales peuvent osciller entre 100 et 250€ selon le délai de publication et le journal choisi.

Les frais extraordinaires : l’apport du capital social

D’autres frais sont à prendre en compte lors de la création de la société, et ne sont pas fixés par des décrets officiels. Il s’agit notamment du montant du capital social, lequel reste libre en application des dispositions du code de commerce.

D’un montant minimal d’un euro, le capital social de l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée peut atteindre plusieurs milliers d’euros selon la volonté de l’entrepreneur.

Le capital social : une garantie pour les créanciers de l’entreprise

Si le montant du capital social ne connaît pas de montant plancher, il n’est pas pour autant à prendre à la légère. Le capital social représente en effet une garantie pour les créanciers de l’entreprise en cas de liquidation judiciaire de l’entreprise. Un capital social dont le montant est trop faible n’inspirera pas confiance aux partenaires commerciaux qui préféreront traiter avec une autre entreprise.

Le capital social permet de faire face aux premières dépenses

Par ailleurs, le capital social possède une autre utilité pour l’entreprise unipersonnelle (EURL). Ce dernier permet de faire face aux premières dépenses de la personne morale, lorsque celle-ci ne connaît pas encore de rentrée d’argent au début de son activité.

Le capital social permettra par exemple de payer les premiers salaires, d’acheter les premiers stocks ou de s’équiper d’un véhicule. Son montant doit donc être calculé avec une grande précision puisqu’il conditionne la réussite de la société dès sa création.

Un trop grand nombre d’entrepreneurs ne se montrent pas suffisamment sérieux quant au choix du montant de leur capital social qui est pourtant nécessaire à la création d’eurl. Afin de faire un choix, il est possible d’identifier le capital social ou d’autres éléments d’autres entreprises. On peut facilement retrouver ces informations sur des sites comme https://www.eurl-creation.fr/.

Or, les juges considèrent régulièrement qu’un capital social trop faible peut mettre en péril la société, et peut même constituer une faute de gestion au préjudice de la société, entraînant par là-même l’engagement de la responsabilité commerciale du créateur d’entreprise.