Comment prévenir efficacement la varicelle ?

Comment prévenir efficacement la varicelle ?

Considérée comme une maladie bénigne, la varicelle survient neuf fois sur dix durant l’enfance. Elle peut exposer le patient à des risques de complications, particulièrement s’il s’agit d’un nourrisson, d’une femme enceinte, d’un malade ou d’un adulte n’ayant jamais contracté cette affection. La vaccination et la mise en application de quelques conseils adéquats permettent de prévenir efficacement cette maladie appelée familièrement la « picote ».

A qui s’adresse le vaccin contre la varicelle ?

Parmi les solutions qui répondent à la question « comment soigner la varicelle ? », on peut citer la vaccination.

En 1995, le vaccin contre la varicelle a été lancé sur le marché aux Etats-Unis. Si dans trois comtés, le nombre de cas avait réduit d’environ 75 %, une incidence de la varicelle avec un recul d’âge de 3-6 ans en 1995 à 9-11 ans en 2004 a été constaté. Ainsi, face à la protection insuffisante du schéma vaccinal à une dose, l’Académie américaine a conseillé en 2007 le schéma vaccinal à deux doses.

Neuf enfants sur dix sont actuellement vaccinés avant l’âge de deux ans en France. Cependant, même si les autorités de santé considèrent ce vaccin comme fiable, il n’est pas systématique en France. En effet, en 2007 le Haut Conseil de la santé publique (http://www.hcsp.fr) a fait savoir dans son avis qu’il ne conseillait pas la vaccination universelle des enfants et désapprouvait la substitution du vaccin rougeole-oreillons-rubéole au vaccin quadrivalent rougeole-oreillons-rubéole et varicelle.

En France, le vaccin contre la varicelle ne concerne ainsi que quelques personnes. Ce sont les adolescents de 12 à 18 ans n’ayant pas encore contracté cette maladie, les adultes exposés à un patient avec éruption dans les trois jours après le contact avec celui-ci, les femmes en âge de procréer. Ce vaccin s’adresse également aux femmes n’ayant pas d’antécédents cliniques de varicelle après une première grossesse ainsi que les personnes sans antécédents de varicelle et dont la sérologie est négative. Ce sont notamment les professionnels en contact avec la petite enfance, les professionnels de santé, les enfants candidats receveurs d’une greffe d’organe solide et les individus en contact direct avec des personnes immunodéprimées.

Des conseils pertinents pour prévenir la propagation du virus

Dans le cas où votre enfant est atteint de la varicelle, vous devez adopter les bons gestes afin d’éviter que le virus ne se propage dans votre maison. Évitez d’échanger les sucettes, les biberons et les couverts des membres de la famille et pensez à les nettoyer juste après les avoir employés.

N’oubliez pas de maintenir une température de 19° C dans sa chambre et de l’aérer au quotidien. Tout au long de son traitement, aucun membre de sa famille ne doit l’embrasser. De même, il doit être tenu à l’écart des malades, des femmes enceintes et ne doit surtout pas fréquenter les lieux publics.

Afin de le mettre à l’abri d’une surinfection, coupez fréquemment ses ongles. Frottez entre ses doigts lorsque vous lui lavez les mains et lavez correctement les vôtres à l’eau et au savon avant et après chaque contact avec votre bout de chou. Par ailleurs, faites en sorte qu’il apprenne à se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir ou sa manche (s’il n’a pas de mouchoir à portée de main) au moment où il tousse ou éternue.