Dépoussiérage industriel en quelques mots

Dépoussiérage industriel en quelques mots

Toutes les industries (automobile, agroalimentaire, pharmaceutique…) se doivent de procéder à un dépoussiérage industriel à tout moment, et ce, afin de préserver la santé de ses travailleurs, pour l’écologie ou encore afin de recycler de la poussière. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Zoom sur les détails.

Définition de ce qu’est un dépoussiérage industriel

Le dépoussiérage industriel, par définition, est une technique de traitement de surface consistant à éliminer ou encore à séparer les particules utiles à celles qui ne le sont pas. Cette technique est utilisée pour les divers nettoyages dans le milieu industriel. Mais pas que, car même une entreprise peut faire appel à une société de nettoyage pour y avoir recours. Son objectif ? Une nette amélioration de la qualité de l’air dans l’espace de travail, mais aussi un nettoyage d’une surface de travail. Le but étant de même de limiter la pollution atmosphérique. À cela s’ajoute la récolte des particules réutilisables.

Dépoussiérage industriel, la réglementation en vigueur

Le dépoussiérage industriel est soumis à une réglementation, notamment la directive ATEX. Elle concerne d’une manière plus particulière les industries qui travaillent les matériaux inflammables où on retrouve une quantité considérable de particules explosives. Qui sont concernés ? L’agroalimentaire, les ateliers de transformation des métaux et du bois, les ateliers de recyclage. Il est important de noter que la directive ATEX inclut les deux directives suivantes : la « directive d’exploitation » (1999/92/CE) et la « directive produit » (2014/34/UE). Cette dernière comprend toutes les règles relatives à la mise sur le marché des produits dans des atmosphères explosives. Sont concernés non seulement les machines électriques, mais aussi les produits non électriques. On peut citer en guise d’exemple, les pompes.

Les matériels de dépoussiérage industriel

Le dépoussiérage industriel renvoie à un large éventail de dispositifs. Afin de déterminer celui qui convient le plus à un environnement donné, il est plus judicieux de s’en tenir aux avis des professionnels. Filtres à cartouches, filtres par voie humide, dépoussiéreurs à manches ou à poches, etc. sont quelques exemples de dispositifs. En outre, on peut classer en deux catégories les dispositifs existants, dont les « dépoussiéreurs avec contact » et les « dépoussiéreurs sans contact ». La première option est adressée aux films en défilement. Elle met en œuvre les techniques qui ont trait à l’ionisation, l’aspiration ou encore le soufflage d’air comprimé. Les dépoussiéreurs avec contact sont courants dans les industries de l’imprimerie et textile. Quant aux dépoussiéreurs sans contact, eux, permettent de baisser les risques de dommages sur les différentes surfaces à traiter. Ces dispositifs incluent d’une manière particulière un traitement antistatique pour optimiser les échanges électrostatiques entre la surface et les poussières.

Dépoussiérage par suppression, une solution innovante

Cette solution innovante est surtout à privilégier dans les industries qui sont équipées d’un grand nombre d’armoires électriques. Le dépoussiérage par suppression consiste d’une manière générale à soumettre l’intérieur de ces dispositifs à une pression positive, et ce, pour créer un courant d’air qui allie l’intérieur vers l’extérieur. Par la même occasion, ce système permet d’assurer de même le refroidissement du tableau électrique.