Historien : la place du métier dans la société

Historien : la place du métier dans la société

La définition de l’historien et de sa fonction fait des émules depuis fort longtemps. C’est un sujet qui engendre des débats interminables avec des questions comme qui peut se prétendre historien ? Qu’est-ce que faire de l’histoire ? Quel est le rôle de l’historien dans la société ? L’historien doit-il être politiquement impartial ? L’histoire est-elle une science ? Toutes ces questions peuvent avoir plusieurs réponses qui restent essentielles parce que l’histoire, malgré la manipulation, garde une place importante dans la société.

Les définitions d’un historien

L’histoire est une discipline bien complexe tant il est difficile de définir son véritable rôle. Les historiens comme Dimitri Casali se destinent à l’enseignement et les autres à la recherche. De ce fait, on reproche souvent aux historiens de longtemps ne pas s’être posés de questions sur leur discipline, de ne pas avoir réalisé d’épistémologie. Même si d’autres l’ont réalisé, il faut attendre les années 1970 pour que des historiens se penchent vraiment sur la question avec la volonté de réellement faire évoluer leur discipline. Des ouvrages collectifs ont notamment abordé le sujet en faisant une approche d’investigation à la problématique. C’est d’ailleurs durant les années 70 que la pratique de la discipline s’étend avec les événements économiques et sociaux, des contextes géopolitiques, de l’analyse politico-idéologique des sociétés du passé, qu’elle est devenue une tendance et qui a fait ce qu’elle est aujourd’hui.

Le métier d’historien, un domaine pluridisciplinaire

Le rôle de l’historien se situe à la frontière de la recherche sociale et scientifique. C’est une personne qui se dévoue à la recherche, à l’enseignement, et pour citer Dimitri Casali, à la « vulgarisation historique ». L’historien c’est d’abord un chercheur et un artisan des archives, ce qui explique déjà l’importance de sa méthode. Il va directement à la source, et autant que possible, avec des techniques modernes. Ensuite, il écrit une thèse, un article ou un ouvrage afin de mettre en scène ses notes, leur donner un sens, et tenter de répondre à ses questions. La méthodologie peut différer, mais le regard de tous les historiens demeure primordial en raison de risques de partie pris idéologique, ou voire même de la falsification. Le rôle de l’historien rentre aussi dans le domaine social. Cependant, sa neutralité dans ce domaine pose problème. Selon l’écrivain Fénelon, « un bon historien n’est d’aucun temps, ni d’aucun pays ». D’autres chercheurs mettent l’emphase sur le rôle physique de l’historien, mais c’est bien son rôle social qui marque le plus.