Le guide des boucliers fiscaux pour les petites entreprises

Le guide des boucliers fiscaux pour les petites entreprises

Apprenez à augmenter vos liquidités en utilisant des boucliers fiscaux pour réduire vos revenus nets. Le plan directeur explique comment votre entreprise peut protéger ses revenus des impôts.

Quand on a demandé à Randy Moss comment il allait payer une amende pour une célébration excessive, il a répondu avec une réplique désormais célèbre : « En liquide, mon pote ». Les propriétaires de petites entreprises doivent garder ses mots à l’esprit lorsqu’ils travaillent.

Le succès d’une entreprise se mesure à l’aune de sa marge brute d’autofinancement. Vous pouvez rester dans les règles de la comptabilité et faire des bénéfices nets comme vous le voulez sur papier, mais vous ne pouvez pas manipuler de la même façon l’argent liquide sur vos finances.

Vous pouvez cependant adopter certaines stratégies pour augmenter ou diminuer votre trésorerie. Une façon d’augmenter votre trésorerie consiste à utiliser des boucliers fiscaux pour réduire les revenus nets que vous déclarez à l’IRS et diminuer vos impôts dus. Dans cet article, nous verrons pourquoi vous devriez utiliser des boucliers fiscaux et nous en présenterons plusieurs types que vous pouvez utiliser dès maintenant.

Vue d’ensemble : Qu’est-ce qu’un bouclier fiscal ?

Un bouclier fiscal est une déduction fiscale qui permet à une entreprise d’éviter les impôts. Bien que techniquement, toute dépense professionnelle vous permette de réduire votre revenu imposable, dans cet article, nous aborderons plusieurs stratégies qui vous permettent de réduire vos impôts mais qui n’affectent pas vos activités commerciales.

N’oubliez pas que nous parlons d’évitement fiscal, et non de fraude fiscale. L’évasion fiscale consiste à utiliser les règles existantes pour réduire légalement le revenu imposable de votre entreprise et éviter certains impôts. L’évasion fiscale est une forme de fraude dans laquelle vous mentez sur vos revenus imposables, et elle est illégale.

La formule du bouclier fiscal
Avant de commencer, passons en revue l’équation du bouclier fiscal. Elle nous montre les impôts que nous évitons grâce au bouclier :

Bouclier fiscal = dépense x taux d’imposition

Par exemple, si vous avez un amortissement de 100 $ et un taux d’imposition de 21 %, l’impôt dont votre entreprise est protégée par l’amortissement est de 21 $.

Avantages des boucliers fiscaux

Voici quelques raisons pour lesquelles votre entreprise devrait profiter des boucliers fiscaux.

1. Réduire les impôts maintenant

La raison la plus évidente est simplement de payer moins d’impôts maintenant. L’approche du bouclier fiscal permettra de diminuer les revenus imposables et de réduire l’impôt que vous devez payer. N’oubliez pas que lorsque vous utilisez des boucliers fiscaux comme l’amortissement, les impôts sont reportés et non évités, de sorte qu’ils devront être payés à terme.

2. Des flux de trésorerie pour la croissance

En évitant les impôts, même si ce n’est qu’à court terme, vous permettez à votre entreprise de réinvestir ce flux de trésorerie pour se développer. Dans une entreprise en croissance constante, il est logique de reporter les impôts car, lorsqu’ils sont dus, les recettes ont augmenté et le paiement des impôts aura un impact relativement moindre.

3. Réduire les impôts pour toujours

Le meilleur avantage est d’éviter les impôts pour toujours. Cela peut se faire grâce à quelques-uns des boucliers fiscaux ci-dessous, tels que les intérêts et l’embauche de vos enfants. Grâce à ces boucliers, l’impôt est évité, mais il n’y a pas de report.

Types de boucliers fiscaux

Voici sept boucliers fiscaux dont vous pouvez tirer parti de manière réaliste dans votre entreprise.

Type 1 : Amortissement
Vous avez peut-être entendu parler de l’amortissement du bouclier fiscal en rapport avec votre résidence. Lorsque vous achetez des immobilisations d’une valeur supérieure à un certain montant (choisi par l’entreprise), elles ne peuvent pas être amorties. La valeur est plutôt amortie sur la durée de vie utile du bien, et cette dépense est déduite dans la déclaration d’impôt.

Vous pouvez également choisir d’accélérer l’amortissement en dépensant le montant total pour certains éléments au cours de la première année ou en utilisant le système de recouvrement des coûts des actifs modifié par l’IRS pour augmenter le pourcentage déduit au cours des premières années.

L’amortissement est similaire à l’amortissement des actifs incorporels, tels que les logiciels coûteux ou les dépenses pour faire approuver un brevet. L’amortissement peut également être déduit dans la déclaration d’impôts.

Type 2 : Intérêts
Un bouclier fiscal pour les intérêts vous permet d’économiser de l’argent en recourant à l’endettement au lieu d’investir davantage. Si vous investissez dans un nouveau projet avec des liquidités ou un apport en capital, le montant total du rendement de cet investissement est imposé.

En recourant à l’emprunt, vous investissez moins de fonds propres dans la transaction, et les intérêts payés sur la dette protègent le rendement des impôts.

Type 3 : Pertes d’exploitation nettes
Personne ne veut de pertes d’exploitation nettes, mais elles peuvent servir de bouclier fiscal si vous les reportez d’une année sur l’autre. Si votre entreprise subit une perte, cette perte peut être reportée dans le futur pour annuler les revenus gagnés au cours de ces années.

Type 4 : Dons de bienfaisance
Vous avez peut-être entendu dire qu’un don de charité important n’était « qu’une déduction fiscale ». C’est en partie vrai, puisque les dons aux organismes de bienfaisance agréés peuvent être déduits de l’impôt sur les sociétés. Cependant, gardez à l’esprit que, selon la formule du bouclier fiscal, le bouclier fiscal n’est que le don multiplié par le taux d’imposition.

Vous versez le montant total du don en espèces et vous déduisez 21 % (le taux actuel de la taxe professionnelle) de ce montant de l’impôt.

Type 5 : Éviter d’utiliser une société C
Les sociétés C sont imposées au niveau des entreprises, et les distributions, ou dividendes, aux propriétaires sont imposés au niveau des particuliers. Ce phénomène est connu sous le nom de double imposition, puisque les revenus sont imposés deux fois.

Les sociétés S et les sociétés en nom collectif ne sont pas imposées au niveau des entreprises. Au contraire, les revenus sont transmis aux propriétaires et sont imposés à leur taux d’imposition personnel.

Type 6 : Utilisation d’avantages en nature
Certains des avantages sociaux que vous offrez aux employés augmentent leur rémunération totale mais n’augmentent pas vos charges sociales.

Par exemple, la part de l’employeur dans les primes d’assurance maladie et les cotisations 401(k), l’aide à l’éducation, et même une partie des frais de transport et de repas peuvent être offerts aux employés en franchise d’impôt.

Si vous êtes propriétaire unique, envisagez d’affecter vos bénéfices avant impôts à un plan 401(k) ou à un compte d’épargne santé.

Type 7 : Embauchez vos enfants
Si vous avez des enfants de moins de 18 ans mais assez âgés pour travailler, vous pouvez les engager pour des tâches subalternes et leur verser un salaire raisonnable déductible des impôts

Le mot clé ici est « raisonnable » – si vous payez votre fils de 15 ans 350 000 dollars par an pour déchiqueter des documents le samedi, le fisc ne sera pas content. Un autre avantage de cette stratégie est que vous n’aurez pas à payer de taxes FICA sur l’enfant avant ses 18 ans, ou FUTA avant ses 21 ans.