Les différents procédés pour investir dans l’or

Les différents procédés pour investir dans l’or

Il existe deux manières différentes d’investir dans l’or qui sont l’or physique et l’or papier. L’or physique est celui qui peut être touché, celui qui finit entre les mains d’investisseurs, soit directement gardés par eux, soit dans les coffres d’une société spécialisée. Il existe plusieurs façons d’investir dans l’or physique. L’or papier désigne, quant à lui, les actions dont la nature repose sur le cours de l’or.

Investir dans l’or physique

L’achat en directe d’or physique se traduit par l’acquisition de pièces de collection ou d’investissement, de lingots et autres lingotins. L’une des principales formules pour investir dans l’or physique est le lingot. En effet, les investisseurs disposent d’une grande variété de lingots d’or. Pour les investisseurs privés, il existe des lingotins pesant d’un gramme à un kilo. Le processus de fabrication de ces lingots plus petits est différent de celui des gros, car ils sont fabriqués en découpant une feuille d’or au lieu de fondre le métal dans des moules. La grande diversité de tailles signifie que les petits investisseurs peuvent avoir recours à cet actif intéressant moyennant un prix d’entrée modeste (un lingot d’un gramme peut représenter moins de 60 euros) et avec l’avantage d’être exonéré de TVA dans l’Union européenne, puisqu’il s’agit de l’or d’investissement. Bien sûr, lorsque vous investissez dans des lingots, vous devez faire attention à leurs origines. Faites confiance à une société qui offre les garanties adéquates comme c’est le cas avec achat or à Paris 7. Vérifiez bien que le lingot dispose d’un certificat légal afin d’avoir la possibilité de garantir son origine lorsque vous souhaiterez les vendre pour obtenir des liquidités.

Investir dans le papier d’or

Le nom de papier d’or inclut une série d’instruments d’investissement qui sont référencés à l’or, mais qui ne confèrent pas la propriété du métal à l’investisseur En outre, ce type d’investissement est réalisé à l’aide de différentes formules (ETF, certificats, options, contrats à terme…), en vertu desquelles les entités émettrices attribuent une certaine quantité d’or à chacun des contrats. Les investisseurs dans le papier d’or ont un contrat dans lequel ils reconnaissent une certaine quantité d’or. Toutefois, il convient de garder à l’esprit que ce contrat n’accorde pas directement la propriété de l’or. Par conséquent, l’une des principales critiques de cette formule d’investissement dans l’or (cliquez ici pour en savoir plus) est qu’il s’agit d’un marché irréel pouvant faiblir à tout moment. L’un des principaux arguments utilisés pour démontrer que la négociation de titres référencés en or, tels que les ETF, constitue à tout moment un marché non réel et exploitable est le fait que les banques négocient des centaines de fois avec le même or.

L’or physique plus sûr que le papier d’or

La quantité d’or qui circule selon la formule de ces contrats est en réalité beaucoup plus élevée que celle réellement émise par les entités émettrices dans leurs coffres. Cela implique que lorsqu’un investisseur réclame la livraison de l’or qui, conformément au contrat, lui correspond, l’entité le contraint à accepter sa valeur en monnaie. En outre, si tous les investisseurs acceptaient de réclamer leur or au même moment, il y aurait une crise de liquidité comme celle qui affecterait n’importe quelle banque si tous leurs déposants venaient de retirer leur argent. Le secteur vit actuellement un processus de concentration, provoqué par l’intérêt des grandes entreprises d’accroître leur production en acquérant des mines déjà en exploitation, au lieu d’investir dans des explorations dont la production nécessitera des années. Quoi qu’il en soit, il faut tenir compte du fait que ce secteur a connu une importante revalorisation ces derniers temps notamment lors de la chute générale des marchés boursiers au quatrième trimestre de 2018, lorsque la plupart des valeurs ont enregistré des pertes à deux chiffres. Enfin, vous pouvez également investir indirectement dans l’or, par l’intermédiaire de sociétés chargées de son extraction souterraine.