Les grandes lignes d’un agencement de boulangerie moderne

Les grandes lignes d’un agencement de boulangerie moderne

L’agencement d’une boulangerie ne concerne pas uniquement le magasin et la devanture. Cela touche aussi le fournil et le laboratoire. Cet article parle de l’optimisation d’un agencement boulangerie pour chaque unité de travail.

Définition de l’objectif d’un agencement boulangerie

Comme toute activité commerciale, une bonne stratégie de vente est primordiale pour attirer et garder la clientèle afin d’assurer la pérennité de l’entreprise. Le métier de boulanger n’échappe pas à cette réalité. Cependant, un agencement réussi doit prendre en compte les conditions de travail des employés ainsi que leur sécurité, car cela affecte leur niveau d’efficience. Il appartient au boulanger de gérer toutes ces contraintes tout en assurant la sécurité de son espace financière, en optant pour des outils et machines adaptés au local, pratiques et faciles à manipuler, aussi silencieux que possible et supportable par le budget, par exemple.

Agencement du fournil

Le fournil est la pièce attenante au four où sont effectués le chargement du pétrin, le pétrissage, le décuvage, la pesée et la mise en bacs. La pâte ainsi obtenue passe alors par la diviseuse, la façonneuse, la chambre de pousse et le four à cuisson. L’aménagement du lieu doit suivre cet enchaînement d’activités afin d’éviter les allées et venues qui pourraient occasionner des chutes, des heurts, des brûlures.
L’agencement du fournil ne se fait pas n’importe comment. Par exemple, il faut prévoir des espaces pour enfourner et défourner, pour entreposer les farines, les matériels à manutentionner tels que les bacs, les parisiens, les planches et grilles. De même, la cuve, les tapis et les planches de travail doivent être à la bonne hauteur pour que l’utilisateur n’ait pas à se plier en deux ou à se contorsionner pendant son travail.

Agencement d’un laboratoire

Généralement, l’activité de pâtisserie et celle de viennoiserie sont réunies dans le laboratoire, car elles utilisent les mêmes matériels, notamment le tour réfrigéré, l’espace cuisson, le batteur-mélangeur. Cependant, il faut veiller à ce que les deux activités ne se gênent pas. L’idéal serait de réserver un tour pour le pâtissier et un autre pour le tourier. Par contre, un espace de travail pour la réalisation des pâtisseries à montages difficiles est obligatoire. C’est aussi le cas d’un espace pour la préparation des sandwichs et salades. Pour plus de commodité, le point de livraison doit être le plus près possible de l’accès au magasin pour limiter le déplacement du vendeur.

Agencement d’un magasin

Le magasin est une zone très importante. Il a au moins deux fonctions : primo, présenter les produits. Secundo, attirer les clients et provoquer leur décision d’achat. Donc, une façade soignée et représentative serait plus appréciée. Concernant l’intérieur, une bonne disposition tient compte des caractéristiques des produits, que ce soit une pâtisserie fine, ou un produit de grande consommation ou un produit de restauration. Il faut aussi étudier les allées de circulation des vendeurs, les flux des clients depuis l’entrée, l’approvisionnement, le paiement et la sortie. Une suggestion serait d’ouvrir le fournil sur le magasin. En effet, on a remarqué que la vue de la sortie d’une fournée et la sensation de l’odeur du pain chaud contribuent aux plaisirs des clients.

Se faire aider par des professionnels

En cas de doute, il vaut mieux faire appel à des techniciens, des agenceurs. Pour un agencement boulangerie, il est conseillé de commencer par la détermination du style de la boutique, puis par l’identification des besoins de l’entreprise et du personnel en matière d’agencement. Et enfin, régler la question finance.