crédits automobiles et les retards de remboursement

crédits automobiles et les retards de remboursement

En ce moment, les coûts des prêts automobiles atteignent son pic sur une période de dix années. Il a été constaté que les « énormes voitures » (SUT et SUV) suscitent la fascination des Américains ce qui est à l’origine de cette situation. De plus, les établissements de prêt ont facilité l’acquisition avec des financements avantageux octroyés à tous les demandeurs. Ainsi, ils sont maintenant confrontés à des problèmes de remboursement, un phénomène généralisé.

Montée en flèche des prêts auto destinés aux gros véhicules

D’après la publication d’Automobile News relative aux données d’Expian, le montant moyen et mensuel des crédits auto américains a été évalué à 545 dollars pour les voitures neuves. Quant aux véhicules d’occasion, il remonte à 387 dollars. Selon le spécialiste de l’industrie connu sous le nom d’Edmunds, le pic est atteint avec un taux moyen estimé à 6,3%. Par ailleurs, le directeur des analyses sectorielles, Jeremy Acevedo affirme que ce phénomène est causé principalement par l’engouement croissant des particuliers pour les grosses voitures telles que les pick-up.

Mais aussi, il a rajouté que les prix appliqués dans le secteur automobile ont atteint un point culminant qui n’a jamais été vu auparavant. Actuellement, aux États unis, les voitures se vendent en moyenne à 36.000 dollars. En 2010, Bloomberg a déjà tiré la sonnette d’alarme en disant que les ventes liées au SUT et SUV commence à devancer celles des véhicules de tourisme.

Selon les spécialistes du secteur, il se pourrait que plus de la moitié des voitures neuves achetées, plus précisément 65% soient des SUV et des SUT d’ici 2022. D’après LMC Automotive, le marché serait inondé de pick-up ou des SUV. Ces derniers représenteront 84% des ventes de General Motors selon CNBC. Quant à Fiat Chrysler et Ford, ce pourcentage atteindra respectivement 97% et 90%.

Des graves répercussions pour les établissements prêteurs

Aux États-Unis, cet engouement pour les « grosses voitures » se paie à un prix exorbitant. Par exemple, le prix du fameux « Ford Série F », le modèle de véhicule le plus prisé des Américains se chiffre à 28.000 dollars ce qui représente le double du Ford Fiesta. Or, selon la Réserve fédérale, une enquête confirme que les ménages se trouvent avec une épargne plus ou moins faible, soit moins de 9.000 dollars. Mais aussi, le quart ne pourrait pas couvrir ses besoins de subsistance avec leur compte d’épargne d’urgence.

Comme solution, le délai des contrats de location a été prolongé. Le but consiste à étendre la durée de paiement. De plus, cela permet de réduire les charges supportées mensuellement par les acheteurs. Afin de profiter de l’occasion, les banques ont allégé les conditions d’octroi le meilleur taux credit auto. Ainsi, elles ont prêté même aux emprunteurs dotés d’une note de crédit qui est inférieure à 600.

Comme résultat, l’encours des prêts à haut risque a connu une hausse de 14,6% entre les années 2015 et 2016. Cette situation concerne particulièrement les ménages dont la note de crédit est dans la fourchette de 300 à 500 dollars. Par contre, les contrats à risque établis avec les profils disposant de note de crédit entre 501 à 600 ont connu une évolution ascendante qui s’élève à 8,6%.

Au bout d’un moment, les impacts se font sentir. Dans son annonce, la Banque de Réserve fédérale américaine affirme que le nombre des emprunteurs qui se retrouvent avec un retard de remboursement de 90 jours au minimum en matière de prêt automobile compte plus de 7 milliards…une première !

Sur ce, Morgan Stanley, un analyste du secteur rajoute qu’en début d’année, le taux d’impayés sur 30 jours chez Capital One a augmenté durant 18 mois successifs. L’emballement de la situation incite son équipe à alerter les investisseurs qui prévoient d’acquérir des actions automobiles.