Ce qu’il faut savoir en cas d’accident nucléaire

Ce qu’il faut savoir en cas d’accident nucléaire

Aucun pays n’est à l’abri d’accidents nucléaires. Mais dans ce cas, que faut-il alors faire ? L’Agence de sûreté nucléaire ou ASN a déjà prévu plusieurs scénarios pour assurer la protection de la population. En effet, depuis 2005, une cellule spéciale appelée le Comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d’un accident nucléaire ou d’une situation d’urgence radiologique (Codir-Pa) a été créée. Quelles sont donc les recommandations à suivre pour éviter une contamination radioactive ? Retrouvez quelques éléments de réponse dans le dossier qui suit.

Évacuer les lieux

Si un accident nucléaire venait à se produire près de votre lieu d’habitation, la première solution à envisager est l’évacuation. En effet, dans ce cas précis, les risques encourus sont énormes et il est certain que les radiations envahissent les alentours. Toutefois, la notion de proximité avec le lieu d’accident peut être ambiguë. Pour savoir si votre logement est sujet ou non aux radiations et qu’il faut alors s’en aller, il est conseillé de vérifier par vous-même.

Pour ce faire, s’équiper d’un compteur Geiger performant vous est d’une aide précieuse. Il s’agit d’un appareil facile à utiliser qui sert à mesurer la radioactivité sur une substance ou dans une zone déterminée. Ce n’est qu’après avoir vu les résultats que vous pourrez mesurer réellement l’ampleur de la situation. En cas d’évacuation, il est recommandé de se tenir informé en permanence des alertes émises par les autorités. Pour le cas de la France en particulier, les recommandations stipulent que les populations qui se trouvent dans un rayon de 3 kilomètres autour de l’accident doivent évacuer les lieux. Toutefois, cette zone peut être étendue en fonction de l’évolution de la situation, de l’ampleur des dégâts et de l’étendue de la contamination.

Se mettre à l’abri

nuclear-power-plantSi vous ne faites pas partie des populations évacuées, il est vivement recommandé de rester chez vous en privilégiant le sous-sol. Ce dernier constitue un lieu sûr en cas d’incidents nucléaires pour vous protéger des radiations, mais si vous êtes assez éloignés du lieu d’accident, les murs de construction de votre maison suffisent comme rempart de confinement. Veillez cependant à calfeutrer les portes et fenêtres en utilisant par exemple du ruban adhésif. Pensez également à débrancher les systèmes de ventilations afin d’éviter aux particules radioactives d’atteindre l’intérieur de votre habitation. En effet, la contamination est plus rapide par les voies respiratoires ; une fois au contact des organes internes du corps humain, les dangers sur la santé sont irréversibles et d’une grande ampleur.

Se protéger

Même chez vous, il est tout de même recommandé de vous protéger efficacement des éléments radioactifs et de leur irradiation. Pour ce faire, portez des vêtements longs et amples. Il importe de recouvrir l’ensemble du corps pour éviter que la radioactivité ne soit au contact de la peau et atteigne l’organisme. Chaque vêtement porté doit ensuite être rangé dans un sac en plastique hermétique pour limiter la contamination. Aussi, après chaque sortie, il est recommandé de prendre une douche.

Surveiller l’alimentation

Consommer des aliments radioactifs est dangereux pour la santé. Avant de décider ou non de prendre des aliments ayant été en contact avec l’extérieur, il convient de les tester à l’aide d’un appareil dédié. S’ils sont contaminés, il faut les éviter. En cas d’accident nucléaire, l’autorité de sûreté nucléaire recommande même de restreindre, voire d’interdire la consommation, le transport ou la commercialisation de produits agricoles via des arrêtés. Ces mesures concernent particulièrement les produits de la chasse, de la cueillette et de la pêche.