Cigarette électronique : quels effets sur l’organisme ?

Cigarette électronique : quels effets sur l’organisme ?

La cigarette électronique est un appareil qui sert à produire de la vapeur aromatisée. Des millions de personnes l’utilisent déjà. Parmi elles, certaines n’en ressentent que satisfaction alors que d’autres se plaignent d’effets indésirables. Voici ce qu’il faut savoir sur les effets de la vape.

Au niveau des voies aériennes supérieures

Depuis quelques années, la vente de cigarette électronique et produit de vape français se généralise séduisant ainsi de plus en plus de personnes. La grande variété de produits présents sur le marché a également de quoi séduire, mais quel que soit le modèle de vaporette acheté, le principe reste le même. Produire de la vapeur à inhaler.

Qui dit inhalation, qu’elle soit directe ou indirecte, implique les voies aériennes supérieures à savoir la bouche, le nez et la gorge. Il faut comprendre que lorsqu’on inhale l’aérosol, on absorbe les composants de l’e-liquide. Chacun de ces éléments engendre diverses sensations. La nicotine génère du plaisir et de l’apaisement. La glycérine végétale apporte une douce note sucrée et rend la vapeur plus aérienne. Le propylène glycol (PG) relève la saveur des arômes et apporte une sorte de picotement appelé « hit ». Les arômes donnent du goût à la vapeur.

Ces effets n’évoquent aucun effet secondaire particulier et pourtant, certains vapoteurs disent le contraire. Ils évoquent surtout une sècheresse buccale, une sècheresse au niveau de la gorge ainsi qu’une sensation de brûlures, semblable à des irritations au niveau de la gorge.

Après investigation, les scientifiques ont découvert qu’ils seraient liés à des taux élevés en nicotine et en propylène glycol. Sachez effectivement que la nicotine a un caractère irritant tandis que le propylène glycol a un caractère desséchant. Lorsque l’e-liquide utilisé a une teneur élevée en nicotine et un taux élevé de PG, on obtient les effets secondaires cités ci-dessus.

La solution : réduire leur taux à la normale. Pour le PG, il doit généralement être équilibré avec la VG, à 50/50, mais une composition PG/VG de 60/40 ne devrait pas causer de problèmes. Pour la nicotine, le taux maximum autorisé est de 20 mg/ml, mais le taux idéal dépend de votre niveau de dépendance donc déterminez-le avant d’acheter vos e-liquides.

Au niveau des poumons

La vapeur inhalée atterrit directement au niveau des poumons. Les effets enregistrés auprès des vapoteurs divergent toutefois.

Les anciens fumeurs disent qu’en basculant vers la vape, ils ont vu leur toux et leurs expectorations se réduire. Ils sont également moins essoufflés et respirent mieux. Les autres soulignent pourtant le contraire et évoquent une intensification de la toux.

Normalement, les anciens fumeurs devraient voir une nette amélioration de leur état de santé en basculant vers la vape. Pour cause : la cigarette électronique ne produit pas de goudron, de monoxyde de carbone et de particules fines lesquels sont responsables des cancers du poumon. Pourquoi certains voient alors leur « mauvaise toux du fumeur » s’intensifier ?

Tout simplement parce qu’après sevrage, les bronches retrouvent petit à petit leur sensibilité et continuent de se débarrasser des sécrétions qui s’y sont accumulées. Ce mécanisme de restauration va engendrer de la toux et des expectorations chez l’ancien fumeur. Cela ne devrait toutefois durer que quelques semaines, après quoi il retrouvera une meilleure capacité respiratoire. Si ce n’est pas le cas, peut-être faudrait-il revoir la composition de ses e-liquides.

Au niveau du cœur

On sait tous que le tabagisme multiplie par six le risque d’infarctus chez la femme et par trois chez l’homme.

Avec la vape, ces risques sont moindres. La raison est l’absence de combustion et donc absence de monoxyde de carbone et de particules fines.

Il faut savoir que chez le fumeur, le monoxyde de carbone produit va remplacer l’oxygène dans le sang et favoriser ainsi le dépôt de cholestérol. Les particules fines vont aussi circuler dans le sang entraînant ainsi tout un tas de complications cardiaques.

Comme la vaporette ne produit pas ces substances nocives, ses effets sur le cœur sont minimes.

Au niveau du cerveau

L’absence de monoxyde de carbone dans la vape est aussi bénéfique pour le cerveau. Le seul risque qu’on pourrait craindre c’est la dépendance nicotinique étant donné que la sensation de plaisir et d’apaisement ressenti est dégagée du cerveau.

Il reste toutefois facile d’éviter la dépendance :

  • Maintenez-vous à la dose de nicotine adaptée à votre niveau de dépendance
  • En cas de maux de tête, de vertiges ou de nausées, réduisez immédiatement le taux de nicotine dans vos e-liquides
  • Evitez d’abuser de la vape, car cela génère une surconsommation de nicotine

En savoir plus ici

Ainsi, même si des effets secondaires ont été rapportés, ils sont tous évitables et éphémères