Revaloriser les invendus pour une seconde vie

Revaloriser les invendus pour une seconde vie

1,3 milliard de tonnes ! C’est la nourriture jetée chaque année partout dans le monde, dont 10 millions de tonnes en France. Le gaspillage alimentaire s’explique en grande partie par les invendus devenus inconsommables après un certain délai.

Mais le problème relatif aux produits non écoulés au marché ne se cantonne pas aux nourritures. Les articles non alimentaires font aussi l’objet de destruction. Rien qu’en Hexagone, près d’un demi-milliard de cette catégorie de biens sont anéantis annuellement.

Ces chiffres, qui parlent d’eux-mêmes, incitent alors à méditer, mais surtout à agir pour limiter ces gaspillages touchant de multiples secteurs. Soulignons quand même que malgré les promotions et les différentes techniques de vente pour liquider les produits, les invendus sont incontournables, notamment pour les produits délicats. Que faire pour leur donner une seconde vie et minimiser ainsi les gâchis ? Les détails !

Réduire les gaspillages en recyclant les invendus

Pour que les restes des articles mis en étalage ne finissent pas à la poubelle, vous pouvez procéder à des recyclages en fonction du type de biens. Les fruits et légumes au supermarché se transforment ainsi en délicieux smoothies, en conserves de ketchup ou en tartinades.

Au Canada, par exemple, des bénévoles du Centre de Ressources et d’Action Communautaire de la Petite-Patrie (CRAC) collectent les produits frais invendus pour les redistribuer aux familles défavorisées. Quant aux légumes récupérés en très grande quantité, ils sont cuisinés pour concocter des plats savoureux. Certains biens deviennent incomestibles et se trouvent alors parmi les matières destinées à concevoir du compost.

Faire don des articles invendus pour leur accorder une seconde vie

De multiples associations caritatives ont besoin de divers types de dons pour faire fonctionner leurs activités au quotidien. Textiles, articles de maison, produits d’hygiène et bien d’autres peuvent servir aux nécessiteux au sein de ces entités. Offerts à ces organisations, les invendus sont donc revalorisés sans être gaspillés.

Mais comment procéder pour les remettre aux associations dans le besoin ? Des organismes s’occupent de la récupération de certaines catégories de biens pour les redonner aux personnes en difficulté. Seulement, elles sélectionnent les produits à collecter et vous laissent avec des encombrants dont vous ne sauriez quoi faire.

Faire appel à une entreprise de débarras pour revaloriser les invendus

Une autre solution plus pratique et plus rapide, vous pouvez contacter une entreprise de débarras pour récupérer les invendus et leur redonner une seconde vie. Pouvant vous aider à faire le tri, les professionnels commencent par évaluer les biens à débarrasser. Ils se chargent de toutes les tâches, allant de la récupération, du transport et de l’acheminement des invendus.

Grâce à l’intervention de ces techniciens, vous n’avez plus à vous inquiéter sur les véhicules pour transporter les objets, ni les équipements de manutention nécessaires. La recherche d’associations caritatives ou d’autres entités vers lesquelles les biens sont acheminés reviennent aux professionnels du débarras.

Ces derniers profitent d’ailleurs de leur large réseau de partenaires pour savoir où expédier les articles récupérés. Les invendus gagnent alors une seconde vie sans que vous vous en préoccupez. Le service des professionnels du débarras comme Paris Débarras concerne, par ailleurs, tous les types d’invendus, que ce soit des produits alimentaires ou non.

Qu’en est-il des frais de récupération ?

Les experts du débarras estiment le tarif à facturer en fonction du volume des invendus et de la facilité d’accès du local. Ils évaluent ensuite la valeur marchande de vos biens récupérables, ce qui vous donne l’opportunité de percevoir une certaine somme. Trois cas sont donc envisageables :

  • La valeur marchande des objets récupérables est inférieure au frais d’intervention. Vous n’avez alors qu’à payer la différence entre les deux montants.
  • Les deux valeurs sont égales : dans ce cas, vous bénéficiez d’un débarras gratuit de vos invendus.
  • Les biens sont estimés à une valeur supérieure aux frais du service. Vous percevez l’écart tout en profitant de la prestation.